Top Picture


convivialisme

Depuis la naissance de l’humanité, celle-ci a connu deux véritables révolutions. La révolution agricole, il y a environ 10 000 ans, a conduit à la naissance des villes, de l’écriture, des premiers empires et à une première poussée démographique amenant la population humaine à presque 200 millions de personnes en l’an zéro.
Au 19ème siècle une seconde révolution apporte l’industrialisation et précipite, peu à peu, de plus en plus de vies humaines, dans l’accumulation matérielle selon les règles de l’économie libérale décrites par Adam Smith et Karl Marx. Cette révolution industrielle-économique a permis un fantastique essor démographique (*) en mettant la société au service de l’économie compétitive ; elle a réussi à accélérer la croissance de la production jusque 1970 au niveau planétaire mais, depuis, en moyenne mondiale, le déclin de la croissance matérielle est en cours et les ressources de la planète s’épuisent.

L’homo sapiens s'est transformé en homo économicus avec la révolution industrielle-économique. Il est urgent de faire advenir un homo convivialis, c'est à dire aller au-delà de ces révolutions du passé pour se lancer dans une transition sociétale vers une humanité durable. Il faut en repérer les principes et préciser les contours d’une altersociété à habiter. Pour avancer sur ce chemin il faut décoloniser notre imaginaire collectif de l'économisme et des vieilles idéologies. Ainsi on se mettra en état de construire un monde plus proche de l'idéal du "convivialisme" et on pourra à cet effet s’appuyer sur le projet de déclaration universelle d’interdépendance générale.

L’agriculture qui s’inscrit dans la relation première de l’humanité avec son milieu (il faut se nourrir et vivre dans la Nature quotidiennement) devra s’intégrer dans une réorientation vers des pratiques d’agroécologie.
L’économie, qui regroupe les activités humaines de production, de répartition et de consommation, devra être guidée par le souci des relations humaines de coopération et le service de la société, devenant socioéconomie .
En 2002 j’ai été co-fondateur d’un projet PEKEA pour construire collectivement un savoir politique et éthique sur les activités économiques ( A Political and Ethical Knowledge on Economic Activities). Un millier de personnes de plus de 60 pays ont rejoint le réseau qui continue à poser des jalons au cours d’innombrables rencontres et discussions, après plusieurs grands colloques internationaux, à Rennes, à Santiago du Chili, à Bangkok, à Dakar. Il y a là une source importante d’inspiration et un lieu d'émulation intellectuelle.

(*) La population mondiale franchit le seuil du milliard d'habitants au début de la révolution industrielle et passe à 4 milliards en 1970; elle a continué sur sa lancée doublant les 7 milliards en 2011 mais ralentit sa progression et il n'est pas dit que l'espérance de vie, qui est passée en moyenne mondiale de 45 ans en 1950 à 68 ans an 2010, poursuive sa progression (voir INED - Institut National des Etudes Démographiques ).


contact: At=@ : [contactAtaltersocietal.org] - Plan du site - Page mise à jour le 29 07 2014 à 17:52
Statistiques - Total : 60308 - Ce mois ci : 1206 - En ligne : 1
 

Se connecter

Accédez aux parties restreintes du site