Top Picture


convivialis

PEKEA

Les travaux menés avec le réseau international PEKEA (explication du sigle en bas de page*) se sont bâtis à partir d’un argument général (Argument Fr ) lancé en 2001 et auquel ont souscrit les premiers participants rejoints peu à peu par un millier de membres du réseau qui ont accepté, demandé, de participer à PEKEA. Une explicitation des fondements de la démarche a été établie après un colloque de lancement à Santiago du Chili en 2002 (Fondements Fr ). De ce colloque est sorti un ouvrage programmatique et la définition de quatre blocs de savoir à constituer.

Le premier chantier a porté sur « la valeur sociétale » au colloque de Rennes (2003), montrant le caracactère essentiel de la Fraternité (Fraternite Fr), celle de la devise républicaine (Liberté – Egalité – Fraternité). C'est l'exigence du Care :le « prendre soin l'un de l'autre » de la règle de convivialité. Ensuite, en se demandant quel peut être « le futur commun possible », le colloque de Bangkok en 2004 a souligné la nécessité de « prendre soin de la Nature ». Après cela, le travail organisé par PEKEA a porté sur la démocratie face à l’écocratie : la domination de l’économie met à mal la démocratie et ses idéaux et emmène loin de l'esprit du "travailler ensemble". De ce colloque de Rennes en 2005 a été tiré un ouvrage collectif la démocratie au péril de l’économie ; enfin furent mis en chantier des analyses sur comment articuler les comportements individuels et collectifs (colloque de Dakar en 2006) qui explore de quelle manière ont peut donner réalité à cet "ensemble" qui fait société. Un premier bilan a été tiré sous forme de propos d’étape, disponibles en trois langues (Etape F).

A la suite de la constitution de ce cadre général et de l’obtention en 2006 du statut d’ONG international(de recherche) consultative auprès de l’ONU (ECOSOC, Conseil économique et social), deux opérations ont été menées conjointement à la publication d'une Newsletter trimestrielle (depuis janvier-mars 2005) afin d'approfondir les analyses; des textes publiés sur cette Newsletter sont d'importance remarquable. Les diverses opérations lancées ont été poursuivies à différents rythmes.
D’une part ont été lancés après le colloque de Bangkok des groupes thématiques avec des équipes formées de chercheurs et d’acteurs de terrain implantés dans différents pays du monde. Le site PEKEA documente la vie de ces « ateliers » Parmi les plus dynamiques se trouve celui animé par Michel Renault sur les indicateurs locaux pour le progrès sociétal. Il fut la cheville ouvrière du colloque international de 2008 (Rennes)« construire ensemble des indicateurs locaux pour le progrès sociétal ». Son travail a permis d’obtenir à Busan (Corée) en 2009 un prix de l’OCDE (pour une communication – voir le ppt- rédigée –lire le texte- lors du 3ème Forum mondial (voir indications en français): « Statistiques, Connaissances et Politiques » sur le thème "tracer le Progrès, établir des visions, améliorer la vie"

D’autre part a été constitué un Club des gouvernements locaux . La raison en est qu’une approche qui refuse de s’extraire des réalités doit analyser des activités humaines toujours inscrites dans des territoires concrets, délimités, administrés par des gouvernements locaux. C’est à cet échelon que le bien vivre ensemble se définit tout d’abord. D’un côté les chercheurs qui réfléchissent dans l’esprit de PEKEA et des principes d’une pratique conviviale doivent en nourrir leurs réflexions, de l’autre les responsables politiques des autorités locales sont souvent démunis pour éclairer leurs actions avec des « experts » qui ne soient pas guidés par leur souci de s’échapper des contingences territoriales – sociales- pour se rapprocher de règles « scientifiques » et de l’application de pseudo lois. Cette raison avait sous tendu le soutien reçu pour la création de PEKEA, et poursuivi, de la Ville de Rennes en 2002. Un appel a été lancé pour la création de ce Club en co-initiative avec la Région Bretagne, le Département d'Ille et Vilaine et Rennes Métropole, rejoints en 2007 par la Région Nord Pas de Calais.
Ces deux opérations continuent sans avoir encore atteint un stade de généralisation, faute peut être d’une articulation et d’un approfondissement suffisants du cadre général qui les soutient. Comme tant d'autres par ailleurs, nous continuons donc ici à contribuer à l'avancement des travaux de réflexion et diffusion qui lui sont nécessaires.

* Le sigle est un acronyme en langue anglaise a Political and Ethical Knowledge in Economic Activities. Le réseau a fonctionné de manière internationale avec un millier d’affiliés en 2007 originaires de 60 pays et d’une quinzaine de disciplines et était organisé en trois langues principales, français, anglais et espagnol. Les textes de base sont disponibles dans ces trois langues et certains en japonais.
Dans ce réseau PEKEA ont travaillé et travaillent au côté de citoyens engagés tout un ensemble hétérogène de chercheurs hétérodoxes, des partisans des politiques industrielles pour la croissance, des promoteurs du développement régional décentralisé, des militants du développement du tiers monde, des apôtres du développement durable et de l’écologie, des prophètes et des praticiens de la décroissance, des théoriciens anti-utilitaristes, des protestataires du réseau ATTAC pour une taxation des plus-values financières etc… Espérons qu’ils convergeront dans leurs analyses vers la bannière de la règle générale de la convivialité et qu’ils contribueront ainsi directement au passage du modèle de l’homo economicus à celui de l’homo convivialis, condition de la survie de notre humanité.


contact: At=@ : [contactAtaltersocietal.org] - Plan du site - Page mise à jour le 11 11 2012 à 14:52
Statistiques - Total : 57809 - Ce mois ci : 1165 - En ligne : 3
 

Se connecter

Accédez aux parties restreintes du site